Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Journal cubain (1/10) – La Havane

La Havane

La Havane – octobre 2019

   En 2019, La Havane fêtait ses 500 ans, les 60 ans de la Révolution castriste et c’était dix ans après mon premier reportage. Sur ce journal seront publiées sur dix semaines quatre photographies à chaque fois qui ne feront pas partie de l’exposition future et qui ne figureront pas dans le livre à paraître.

Lire la suite de « Journal cubain (1/10) – La Havane »

.
 

Le message de George

3EACEB29-D343-489C-92E6-BAABAE508A6A

La Havane – octobre 2019

   Cette photographie parlera différemment, selon qu’on ait lu ou pas 1984, le roman dystopique que George Orwell écrivit en 1948. Cette anecdote enseigne, s’il était encore besoin, que ce qui « fait une photographie », c’est autant son auteur que la personne qui la regardera a posteriori avec son bagage culturel propre.

.
 

Aux confins du confinement

04

   Il y a le virus et la réaction sociale au virus : celle collective qui nous est imposée par la puissance publique sachante et bienveillante, autant que celle individuelle souvent gouvernée par nos peurs, davantage que par la raison.

Lire la suite de « Aux confins du confinement »

.
 

Le miracle de la vie augmentée

045.jpg

  Paris – 2008

   Sans effraction, les nouvelles technologies ont fait irruption dans nos vies, grapillant un à un tous les domaines de notre existence : elles agrémentèrent d’abord nos loisirs, puis se sont imposées dans notre travail, puis sont devenues indispensables dans la gestion de nos relations, puisque tout doit être géré, performé, tracé de nos jours. Enfin, quoique inopérantes contre un virus, elles sont désormais un outil d’administration pour domestiquer les populations, notamment dans leurs déplacements. Ces temps de confinement sont une occasion de s’interroger et il me vient à l’esprit plusieurs questions, par exemple : 

Nos vies étaient-elles à ce point piteuses qu’il fallût à tout prix les augmenter ?

Etions-nous à ce point déprimés qu’il fallût nous faire des promesses de merveilleux ?

Etions-nous à ce point autistes qu’il fallût inventer les réseaux sociaux ou les sites de rencontres ?

Etions-nous à ce point dépourvus de mots pour exprimer nos émotions qu’il fallût inventer les émoticônes ?

Fallait-il réinventer notre présence au monde en nous en éloignant pour qu’il parût plus merveilleux ?

Etions-nous à ce point malheureux ou paresseux ?

Ces nouvelles technologies furent d’abord une curiosité, puis une habitude avant de devenir des chaînes chéries et réclamées. Et à l’occasion de cette épidémie de coronavirus, elles nous montrent que nous sommes devenus peureux. Le grand confinement n’est pas celui qu’on croit…

 

.
 

Mars 2020

SÉANCES DE DÉDICACES

  • Dimanche 8 mars 2020 : 13ème salon du livre de Bellerive sur Allier de 10 à 18 h. Entrée libre (Espace Monzière, 122 Rue du Léry)

SDL Bellerive 2020

.
 
123456...46
  • Archives

  • novembre 2020
    L Ma Me J V S D
    « août    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus