Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Israël – A l’ombre d’une promesse

P44A

   Depuis que j’ai quelque conscience des chagrins du monde, j’ai toujours perçu cette région du monde à l’aune d’un conflit permanent avec cette promesse jamais tenue d’aboutir à la Paix, au terme de ce qu’on appelle pudiquement le processus de paix. Et pourtant, les exhortations n’ont point manqué si on considère les prix Nobel de la paix décernés à Yitzak Rabin, Shimon Peres, Menahem Begin, Yasser Arafat…

   Le concert médiatique qu’on nous inflige régulièrement sur les écrans est assourdissant au point qu’il n’offre aucun intérêt pour moi. Je préfère placer mon point de vue en dehors de la guerre des cousins, à l’ombre du quotidien réellement vécu par les anonymes. 

2 Commentaires à “Israël – A l’ombre d’une promesse”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  1. Bonjour Laurent,
    J’ai lu en un clin d’oeil ton carnet israélo-palestinien. Cela fait du bien de repartir des gens pour aborder ce vaste territoire, emprunt d’une histoire douloureuse,de sanctions onusiennes, de check-points, de murs, de morts….
    Petit parallèle entre la baignade de Tibériade et sur la Sioule à d’Ebreuil , le bonheur dans la simplicité.
    Aussi, ta remarque sur le jeunisme des femmes européennes, me renvoie au livre « Le corset invisible » d’Eliett Abécassis qui énonce que les deux maux principaux des femmes occidentales sont l’anorexie et la dysmorphophobie ! Au fait, tu restes environ combien de temps dans un pays pour faire ce type de reportage ?
    Merci encore pour ce travail empreint d’humanisme.
    Laëtitia

    PLANCHE Laëtitia a dit ceci

    Répondre

    • Bonjour Laëtitia,

      Merci pour ce retour de lecture, ce n’est pas si fréquent, même à notre époque hyper-connectée !
      La question du temps passé sur place n’a pas forcément de réponse en nombre de jours. Le point de départ pour moi sont des questionnements issus des lectures, des opinions communément admises, de l’actualité propagée par les médias, de réflexions, de discussions… Sur le terrain, il faut laisser la réalité nous envahir, faire confiance au hasard, pour combler ces questionnements préalables. Certaines fois, le hasard est plus généreux que d’autres, plus intense. Si tu lis « Le coin du voile », tu verras ce que j’entends par là. Pour paraphraser Fernand Reynaud, je dirais qu’il faut un certain temps ! En général, j’aime m’impliquer selon un horizon de trois à quatre semaines.
      Au retour, la réflexion continue de s’élaborer, de s’affiner pour aboutir au livre, à l’exposition, à la conférence.
      Certains lecteurs sont plus attachés aux mots, d’autres aux photographies ;-) . Probablement ces dernières convoquent davantage l’introspection ou l’imagination. Au final ce sont probablement deux écritures complémentaires.
      Au plaisir.
      LoJ

      LoJ a dit ceci

      Répondre


Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus