Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Ça a été…

« Ça a été »… C’est tout ce que peut exprimer une photographie d’après l’auteur de La Chambre Claire (1980), Roland Barthes. Sans blasphémer, je crois que c’est un peu court…

En friche
Album : En friche

7 images
Voir l'album

Ici, le travail est parti, la vie est partie, il y a bien longtemps… Et pourtant, déambulant dans ce labyrinthe, j’avais l’impression d’entendre l’écho lointain des machines, de respirer les remugles du labeur, de sentir quelques présences d’outre-tombe qui m’observaient à mon insu… Pourquoi photographier cet oubli volontaire ? Oui volontaire, car j’imagine qu’un beau matin, on a dû expliquer que cet espace était devenu inutile, trop coûteux à faire fonctionner, sans avenir, sans lendemain pour les mains qui s’agitaient ici… Ici comme dans d’autres endroits de plus en plus nombreux, sorte de nécroses de nos sociétés, c’est un monde de l’oubli. Pas celui du passé, la preuve il résiste, il persiste, les fossoyeurs n’ont même pas pris la peine de l’effacer. Non, c’est plutôt l’oubli de ce que représentait initialement le travail : une occupation, un sentiment d’utilité pour une cause qui dépassait ces mains et non pas le privilège de monnayer une obligation de consommer… o tempo, o mores. Photographier, retrouver d’improbables géométries dans les décombres, c’est ainsi signifier.

.
 

Souvenirs du D-Day

09-1945

  La mode est à la commémoration. Mais de quelle mémoire s’agit-il ? Elle est forcément sélective, tout le monde se sent résistant dans un sentiment nationaliste, cocardier. Mais hormis les grands-parents officiellement reconnus comme résistants, personne n’a véritablement envie de fouiller le grenier de sa propre famille, on ne sait jamais… Alors, on s’inscrit dans une commémoration d’idées toutes faites, pré-pensées, presque abstraites…

Souvenirs du débarquement
Album : Souvenirs du débarquement
Des passionnés se refont le D day et le partagent avec la population.
15 images
Voir l'album

.
 

Le jazz des potes

J’ignore si la musique adoucit les mœurs, mais elle, le jazz en tout cas, crée de sacrés liens, des liens sacrés, aux antipodes des univers virtuels. Nous pouvons jouer dans un théâtre devant 600 spectateurs, ou sans public comme ici, perdus dans la montagne auvergnate, juste pour le plaisir des accords, de l’Accord, et même si quelques fausses notes s’immiscent, le plaisir d’être ensemble, de construire les souvenirs du futur prédomine…

Le jazz des potes
Album : Le jazz des potes
Pellicule : Kodak Tri X - 24 DIN / Lieu : l'Artaudie
8 images
Voir l'album

Pour en savoir plus

.
 

De la photo de concert…

Les mains libres
Album : Les mains libres
Un pianiste et un contre-ténor : concert avec Augustin et Evann à Bourbon Lancy (12/7/2015) - pellicule Ilford 36 DIN
8 images
Voir l'album

Photographier un concert est un pur exercice technique sous contraintes. Souvent la lumière sera médiocre, les artistes seront toujours mal placés, tourner autour du sujet se révélera délicat, le photographe sera considéré comme un intrus etc… S’agissant de musique classique, la part visuelle est certainement réduite à la portion congrue en comparaison d’un concert rock plus exhibitionniste. Inutile de parler de photographie dans ces conditions. En effet, l’image ne dira rien, ne représentera rien. Tout au plus ne s’agit-il que d’une présentation, d’un enregistrement de souvenirs (qui soyons honnêtes n’intéresseront au mieux que ceux qui sont sur scène) au cours duquel le photographe essaiera d’utiliser adroitement quelques lignes de force. Et quand une photographe que je considère comme une grande spécialiste dans ce domaine affirme sans ambages que la photo de concert est un art mineur, je ne la contredirai point. Un concert de musique classique en l’occurrence, c’est d’abord du son et sur ce point, je ne fus pas déçu…

Ce préambule (avec lequel les photographes de concert seront forcément en désaccord, mais je ne suis pas photographe) étant dit, je me suis plié à cet exercice inédit pour moi, afin de troubler mon ennui du moment et de pouvoir parler de ce sujet en connaissance de cause.

.
 

Le sens du vrai

De nos jours, les moments vrais sont assez rares dans nos pays modernes : la vie a quitté les rues devenues seulement fonctionnelles, ou bien les trottoirs ne sont peuplés que de zombies hypnotisés par leur I-phone. Pour donner le change, on organise régulièrement une « fête de… », une mise en scène, un folklore, pour faire comme si… Alors quand une vraie fête, organisée par et pour une communauté, presque confidentielle, sans but commercial rassemble une soixantaine de familles d’un petit village le temps d’une fin de semaine, c’est inespéré. Voici quelques moments saisis lors de la célébration de Notre Dame de Fatima à Diou, moments vrais qui viennent d’ailleurs…

Fatima
Album : Fatima
Fête de Notre Dame de Fatima à Diou
10 images
Voir l'album
.
 
1...34567...9
  • Archives

  • août 2018
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Stats

    actualite et medias

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus