Rayés de la carte

28 septembre 2023

Point de vue

Goris

  Les mois de septembre se suivent et se ressemblent dramatiquement pour les Arméniens. Cette photographie en exergue, je l’ai prise à Goris située à quelques encablures de l’Artsakh (nommé par les médias et l’Azerbaïdjan Haut-Karabagh ou Nagorny-Karabagh).
   Là arrivent depuis quelques jours des réfugiés par dizaines de milliers qui fuient la guerre. L’épuration ethnique est en marche. Septembre 2023 en Artsakh sera le dernier pour les Arméniens puisque cette enclave arménienne sera rayée de la carte au 1er janvier 2024. Ainsi l’a décidé la coalition néo-ottomane incarnée par le président de l’Azerbaïdjan et le président turc. Dans l’indifférence générale et surtout de celle des pays d’ordinaire prompts à promouvoir les droits de l’homme, la mâchoire mahométane a fini de se refermer sur cet éclat de la chrétienté du Caucase. L’Artsakh n’appartient pas aux Arméniens, ce sont eux qui appartiennent à cette terre depuis 2500 ans, les innombrables églises pluri-séculaires en sont témoins. Il ne s’agit pas de mettre en scène les olympiades du malheur, mais force est de constater que pour l’Europe, la guerre en Ukraine est un conflit d’intérêts, celle du Sud-Caucase un conflit de désintérêt : des armes pour l’Ukraine, une larme pour l’Arménie. Ceux qui gouvernent l’Europe auraient-ils perdu le sens du lien, du commun culturel chrétien qui nous relie à l’Arménie ? La préséance du temps long qui unissait les hommes de culture chrétienne est tenue de s’effacer devant les intérêts bien comptés de court terme, puisque nous sommes clients de l’Azerbaïdjan pour le gaz. La commisération ne suffira pas à couper les appétits des empires du croissant. C’est désormais l’Arménie souveraine qui est maintenant directement menacée et à plus long terme peut-être l’Europe, même si cette perspective semble inimaginable pour le moment.  
   Avec plus de 600 000 personnes et certaines parmi elles internationalement célèbres qui participent au rayonnement de notre pays, la France est le pays d’Europe où la communauté arménienne est la plus importante, ce qui devrait faire de nous des obligés de la cause arménienne. Les Arméniens furent oubliés en 1915, le seront-ils derechef à présent ? 
   Sans qu’il s’agisse de profiter de cette actualité à peine évoquée dans les médias qui coïncide avec la sortie de mon nouveau livre, vous pourrez être intéressés de feuilleter L’empreinte arménienne qui relate par les photographies et les mots mon séjour en Arménie.
, , ,

À propos de LAURENT JEANNIN

Depuis plus de 30 ans, Laurent Jeannin parcourt le monde à la découverte de sa plus grande richesse : ses peuples. Il fait souvent le grand écart entre l'Amérique du sud et l'extrême orient sans pour autant négliger l'Europe et bien sûr la France. La photographie est son mode d'expression favori, qu'il conjugue sous forme de diaporamas en fondu enchaîné et sous forme de photographies noir et blanc dont il assure lui-même le traitement. "L'acte photographique n'a de sens et d'intérêt que parce qu'il me permet de comprendre le monde, ni plus ni moins. Photographier ce qu'on pense rend aveugle, penser à ce qu'on photographie rend borgne. Alors je préfère me laisser surprendre par la vie : le hasard compose, je dispose."

Voir tous les articles de LAURENT JEANNIN

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus