Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Journal cubain (3/10) – Le temps des vitrines

12

   C’est à Cienfuegos que me sont nettement apparus les balbutiements d’une société de consommation à Cuba et parallèlement des différences sociales : il y a ceux qui ont le nez collé à la devanture et ceux qui sont à l’intérieur, ceux qui font les magasins comme on va au musée, juste pour regarder, et ceux qui peuvent acheter. D’où vient l’argent ?   

04

19

05

.
 

Journal cubain (2/10) – De bons enfants

31

En souvenir de Gothard Schuh

   Je poursuis « mon Granma » à La Havane, avec cette fois un regard jamais las sur des enfants dont la joie quotidienne est tout employée à des jeux de rue oubliés dans le monde occidental, pour tout dire désuets pour nos sociétés cyber-mercantiles. 

Lire la suite de « Journal cubain (2/10) – De bons enfants »

.
 

Question de Ségurité

C12F1903-FB24-4DC2-B906-3C05AE1BA73E

   La première fois que j’ai entendu cette expression de Ségur de la santé, je me suis dis qu’elle ne manquait pas de panache, de noblesse, avec un soupçon d’esprit littéraire même, si l’on se souvient des belles lettres de la Comtesse du même nom ! Mais en cette fin de printemps et de Covid-19 (on l’espère…), point de légèreté, l’heure est empreinte de gravité autant que de colère. La seule question qui vaille est : La Ségurité est-elle sociale ?

Lire la suite de « Question de Ségurité »

.
 

Journal cubain (1/10) – La Havane

La Havane

La Havane – octobre 2019

   En 2019, La Havane fêtait ses 500 ans, les 60 ans de la Révolution castriste et c’était dix ans après mon premier reportage. Sur ce journal seront publiées sur dix semaines quatre photographies à chaque fois qui ne feront pas partie de l’exposition future et qui ne figureront pas dans le livre à paraître.

Lire la suite de « Journal cubain (1/10) – La Havane »

.
 

Le message de George

3EACEB29-D343-489C-92E6-BAABAE508A6A

La Havane – octobre 2019

   Cette photographie parlera différemment, selon qu’on ait lu ou pas 1984, le roman dystopique que George Orwell écrivit en 1948. Cette anecdote enseigne, s’il était encore besoin, que ce qui « fait une photographie », c’est autant son auteur que la personne qui la regardera a posteriori avec son bagage culturel propre.

.
 
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus